• Coralie

     

     

     

    Coralie

     

     

    Elle arrive par l'arrière de la maison, a suivi le sillon tracé dans l'herbe, évitant prudemment les ruches et les quelques pièges indécis placés ça et là par un hasard iconoclaste.

    Toute habillée de noir, son esprit l'est tout autant.

    Si l'on pouvait lui offrir la boite de crayons pour recolorer son âme, mais les crayons à ce stade pour les avoir et bien il faudrait soi même abattre un arbre et creuser le sol à la recherche des pigments, cela paraît insurmontable. peut-être viser un peu plus petit?

    Tout va mal, le monde lui en veut, le Sif a un œil secret et discret sur elle et son enfant de 7 h à 16h.

    "Je ne la supporte plus, elle attend la moindre défaillance pour l'inscrire aussitôt dans ses feuilles qui au final offriront le bilan qui annoncera la mise en foyer de mon enfant."

    Cet enfant, bébé de 9 mois qui a besoin d'un traitement par aérosol dont elle n'a pas l'argent pour payer la caution.

    Aérosol, ouvre-mes bronches.

    Respirer, cet acte gratuit lui aussi est interdit, réduit à son strict minimum.

    Un trait à la fois, l'entendre.

    "Elle me suit pour ma fille, et moi, elle s'en fout de moi."

    Et toi tu es devenue mère, tu n'es plus une enfant.

    Et lui est père et prisonnier de ses turpitudes, de ses actes délictueux.

    Travailler, impossible de l'envisager, non être libre mais sans aptitude à la vie.

    La vie ne lui donne rien, la vie lui reprend tout...

    Quel étrange destin

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :