• votre commentaire

  • votre commentaire
  • Partir

    "Je ne me sens pas bien ici, cela ne doit pas être agréable pour toi d'entendre cela mais j'ai envie de voyager."

    Il est là debout devant moi, à ne plus savoir s'assoir depuis qu'un feu intérieur secret brûle en lui.

    Il veut et à la fois, il ne peut.

    Il est divisé, partagé entre 2 forces totalement égales qui le laisse dans un statu quo électrisant.

    Je ne trouve pas le bouton déclencheur, enfin disons plutôt que je n'ai pas l'autorisation d'y poser le doigt ne fut-ce même qu'un simple effleurement.

    Car il est chatouilleux, cet homme mi-chèvre, mi-poisson, je vois en lui la sirène qui souffre de marcher sur sa queue.

    Pauvre queue, au cœur du débat qui nous attire et nous oppose farouchement.

    Partir


    votre commentaire
  •  

    Elle crache du sang.

    Il teste sa résistance à l'effort.

    Il a le cheveu solitaire.

    Son bonnet courtise ses oreilles.

    Elle est petite et sait y faire.

    Son poignet intrigue les médecins.

    Il est toujours couché par terre.

    Pourquoi les pulls marins ont-ils des lignes.

    Il est encore couché au sol.

    Elle ne veut pas l'approcher.

    Hyperactive, elle ne tient pas en place, elle parle vite.

    l'air lui manque.

    A lui aussi.

    Elle ne peut lui en donner.

    Son cœur s'accélère.

    Le sien s'est arrêté.

    Il n'y aura pas de dernier baiser.

    Même pas un succédané.


    votre commentaire
  • Moi aussi j'ai un ange dans le dos.

    Et vous savez quoi, il se planque le mec avec ses ailes repliées, il se repose sur ses lauriers, fourbu de tant d'absurdités.

    Et le soir, lorsque je reviens enfin dans mon petit logis, je le dépose prudemment sur le divan, je lui chausse de petites pantoufles et alors il me regarde avec une tendresse qui me dit :"ouf".

    Le monde ne change pas, n'évolue pas, le monde chicane, ricane, et Tarzan ne s'est jamais balancé sur des lianes.

    le vent peut souffler, les feuilles s'envoler, les papillons sont désarmés, plus de nectar à siroter.  N'as-tu donc pas entendu l'écho?

    A force de trop donner la parole, on la perd.

    Quand quelqu'un trouve son désir, il est capable de tout.

    WOUAW

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique